Wally Clark – Niagara, ON

À PROPOS DE

Adolescent, Wally Clark a été inspiré par les premiers jours des courses de dragsters et par les clubs locaux de hot rod de la Nouvelle-Galles du Sud, dans son Australie natale.

Lorsqu’il est venu au Canada et s’est installé à Niagara Falls en 1966, il a été stupéfait de la progression de ce sport en Amérique du Nord et a su qu’il voulait y participer.

Cinquante ans plus tard, il est honoré par une intronisation au Canadian Drag Racing Hall of Fame.

La première voiture de course de Clark était une Camaro de 1967 qu’il a sauvée d’un dépôt de ferraille. Après avoir réparé la voiture, il a participé à des courses en SS/J. Après sa première voiture, Clark a piloté plusieurs Chevelles à gros bloc au début des années Bracket dans les catégories ET1 et ET2. Avant de revenir à la construction et à la course de Camaro (y compris une GT 1984 construite par Fred Smith, qu’il a pilotée jusqu’en 1989), Clark a installé un petit bloc dans une Vega 1973, qui a couru en D-Altered sur le circuit de Lancaster.

Après cette Camaro, Clark a couru sur des Super Stockers à carrosserie Oldsmobile. Depuis 2002, il court sur une Grand-Am, qu’il qualifie de “voiture la plus chanceuse que j’aie jamais pilotée”.

La carrière de Clark a comporté bien plus que de la chance. Courant à travers l’Amérique du Nord dans les compétitions de la NHRA et de l’IHRA, il a établi un dossier enviable dans l’échelon supérieur de la course de dragsters, le Super Stock. Ses victoires nationales NHRA incluent Sanair en 1979, Columbus et Indy en 1985, et Gainesville en 1986. Il a également remporté les World Nationals de l’IHRA. En plus de ces victoires, Clark a reçu plusieurs accolades pour la meilleure apparence et la meilleure ingénierie et de nombreuses victoires de classe.

Aujourd’hui, Clark continue de participer à certaines rencontres importantes et à la série Can-Am Stock/Super Stock basée dans le sud de l’Ontario. Bien qu’il se souvienne avec émotion des courses qu’il faisait quatre fois par semaine il y a 20 ans, son entreprise automobile le garde occupé. Père de trois filles (Jessica, Chelsea et Ashley), Clark aime travailler avec Chelsea qui est son chef d’équipe depuis 1999. Il est impatient d’encourager la carrière de course de Chelsea. En outre, sa partenaire de longue date, Silvia, travaille aux côtés de Clark et de Chelsea.

Clark n’a jamais eu le désir de courir dans d’autres catégories. “Je me suis senti à l’aise là où je suis”, a-t-il déclaré à propos de sa carrière dans les voitures à portes SS. “Je préfère être compétitif plutôt que de rentrer à la maison plus tôt que je ne le voulais”.

Il a également noté les changements de l’industrie depuis qu’il a vu pour la première fois deux voitures descendre la piste au début des années 1960. “Il y a eu beaucoup de changements à notre niveau”, a-t-il expliqué. “Nous avions l’habitude de gratter et de griffer, en faisant tout le travail nous-mêmes. Et le rapport entre les coûts d’investissement et les gains a beaucoup changé.”

Il pense également que sa conduite s’est améliorée au fil des ans, et il attribue cela à la technologie et aux jeunes coureurs. “Nous faisions la course à l’aveuglette”, dit-il. “Les jeunes ont fait de nous de meilleurs pilotes, car nous devons nous concentrer davantage sur nos temps de réaction et développer notre capacité à mieux lire l’arbre.”

Clark a déclaré qu’il avait énormément apprécié ses cinq décennies de course. “J’ai eu tellement de plaisir à courir”, a-t-il déclaré. “J’ai eu tellement de plaisir et je me suis fait tellement d’amis. Croyez-moi, j’aime la compétition, mais en plus de la compétition, j’aime l’aspect social de notre sport.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

vingt quatre  +    =  31

Menu