Don Lavoie – Dieppe, NB

À PROPOS DE

Par Gail Harding

Un homme qui n’est pas étranger au circuit de courses d’accélération des Maritimes a été intronisé au Temple de la renommée des courses d’accélération du Canada.

Don ” M. In Between ” Lavoie, de Dieppe, sera le premier Néo-Brunswickois à recevoir cet honneur. Lavoie a été rejoint à la cérémonie d’intronisation par de nombreux autres coureurs, mécaniciens, chefs d’équipe, constructeurs de moteurs, constructeurs de châssis, promoteurs de piste, annonceurs de piste, officiels de piste, photographes de piste, journalistes et commanditaires également intronisés.

Pour Lavoie, la nouvelle qu’il allait être intronisé au Temple de la renommée canadien de la course automobile a été bouleversante. “Cela signifie beaucoup pour moi”, a déclaré Lavoie. “C’est un véritable honneur et d’être le premier du Nouveau-Brunswick, c’est tout simplement parfait. Lorsque j’ai reçu l’appel, la personne m’a dit de m’asseoir et je l’ai fait. Puis, après qu’il me l’ait dit, je me suis dit que maintenant que vous me l’aviez dit, je ne pouvais pas me relever. J’étais sous le choc.”

Assister à un gala pour recevoir cet honneur est bien loin de la première visite de Lavoie à un hippodrome, alors qu’il était un adolescent travaillant en Ontario en 1969. “J’avais menti pour obtenir mon permis de conduire. Je n’avais que 15 ans. J’avais acheté ma première voiture et je faisais quelques courses de rue “, dit-il.

Lavoie visitait fréquemment un atelier de vitesse local, et c’est là qu’il a appris qu’une course avait lieu au Cayuga Raceway. Les gars m’ont prêté un jeu de pneus slicks et m’ont dit : ” Si tu veux venir, viens avec nous. Et c’est là que j’ai commencé.” Lavoie et sa future épouse, Rose, se sont rendus à la course et, comme il le dit en riant, “le reste appartient à l’histoire”. Lavoie a déménagé à Montréal un an plus tard où le couple s’est marié. Son amour de la course automobile l’oblige à écourter son propre mariage et sa lune de miel. “Je participais à la course aux points à Cayuga. J’ai pris deux semaines de vacances, mais j’ai raccourci ma lune de miel à une semaine et je suis allé courir la semaine suivante”, a déclaré M. Lavoie.

À l’époque, Lavoie possédait une Nova 1969 qu’il appelait “Mr. In Between”, un surnom qui est resté tout au long de sa carrière de course. “J’avais 14 voitures de course et elles s’appelaient toutes Mr. In Between”.

Lavoie a participé à des courses dans les Maritimes pendant 40 ans après être revenu dans sa province natale et avoir ouvert son propre commerce d’imprimerie à Dieppe. Lui et sa femme sont tous deux originaires de Rogersville. “Ma première course a eu lieu à l’Île-du-Prince-Édouard en 1975 et j’ai participé à la première exposition de voitures au colisée de Moncton. Je fais la promotion de la course de dragsters depuis lors. ” Pendant les cinq années où il a vécu à Montréal, Lavoie a participé à des courses sur des pistes à travers le Québec. “Quand j’ai déménagé à Moncton, je ne savais pas vraiment qu’il y avait des pistes de course de dragsters ici jusqu’à ce que quelqu’un me le dise”.

Lavoie a couru sur toutes les pistes des Maritimes au cours des quatre dernières décennies et continue de courir malgré un grave accident il y a 10 ans. “J’ai eu un très grave accident à Miramichi en 2005. Ça m’a mis à l’écart pendant environ six mois, mais je suis revenu.” À l’époque, Lavoie avait acheté un camion à roues et l’essayait pour la première fois. Il l’avait acheté aux États-Unis et avait reçu des instructions sur ce qu’il fallait faire et ce qu’il ne fallait pas faire. “Pour la première fois, je suis allé trop loin. Je n’aurais dû faire que 200 ou 300 pieds mais j’ai fait 1/8 de mile et le vent s’est emparé du véhicule.” Le camion a basculé par-dessus la glissière de sécurité. “Je suis sacrément chanceux d’avoir pu me remettre sur pied et reprendre la course”. Lavoie a passé trois semaines à l’hôpital avec un dos cassé. “Toutes les vertèbres de mon dos sont parties, elles sont fines comme du papier. Il n’y a pas de coussin entre elles.” Les médecins ont dit à Lavoie de ne pas courir pendant un an, et bien qu’il ait suivi les ordres du médecin, il admet que c’était difficile. “Je ne peux pas m’arrêter”, dit Lavoie avec un petit rire. “J’essaie d’arrêter chaque année, mais je ne peux pas. Je connais tellement de gens. Je veux dire, regardez Mark Green. Il était un enfant quand j’ai commencé à courir ici et maintenant il a des fils qui courent. Ce n’est pas quelque chose dont je peux me détourner, pas en ce moment.”

Malgré la gravité de l’accident, Lavoie y trouve un certain humour. “Je dis toujours que j’ai le plus long support de roue du Nouveau-Brunswick, ou devrais-je dire des Maritimes”, a déclaré Lavoie. “J’ai fait plus de 1/8 de mille sur deux roues, mais je me suis écrasé. Puis je suis resté le plus longtemps à l’hôpital aussi, alors j’ai beaucoup de records à ce sujet.”

Lavoie pilote maintenant une Corvette de série, mais au cours de sa carrière de 40 ans dans les Maritimes, il a possédé 14 voitures, dont quatre Funny Cars et une Superstreet Camaro. De toutes les voitures qu’il a possédées au cours de sa carrière de drag racer, Lavoie n’a pas hésité à choisir sa préférée. ” Ma préférée ? Il faudrait que ce soit ma Corvette Funny Car à alcool. Il faudrait que ce soit ma préférée.” Lavoie a acheté la voiture après s’être remis de son accident. “Je voulais aller à 200 milles à l’heure, mais je ne l’ai pas fait. Je suis allé jusqu’à 186 milles à l’heure en 7,77 secondes. C’était mon objectif, mais je n’ai pas exactement atteint mon objectif.”

Lavoie dit que son amour de la course de Funny Cars vient de son admiration pour son idole de course, John Force. “La première course qu’il a gagnée en NHRA était à Sanair, à Montréal, et j’y étais.” Lavoie a dit qu’il a été pris en photo avec Force et a su que s’il avait un jour la chance de posséder et de piloter une funny car, il le ferait et il a finalement réussi. “Ce n’était qu’un des moments forts “, a déclaré Lavoie, ajoutant qu’il en a eu beaucoup au cours de ses années de course d’accélération.

Lavoie était un peu réticent à donner son âge, mais avec un peu d’insistance, il a révélé qu’il avait 66 ans. Il dit qu’il préférerait être décrit comme l’un des plus vieux coureurs de dragster au Nouveau-Brunswick, non pas à cause de son âge, mais en raison de la durée de ses courses.

Lorsqu’on lui a demandé de parler de sa famille et de son soutien, M. Lavoie a dit de sa femme : ” Rose est mon numéro 1. Elle m’a permis de continuer, elle m’a encouragé”. Lavoie a ajouté que ses deux filles et ses petits-enfants le soutiennent également dans son amour de la course de dragsters, même après son accident. “Après ma famille viennent mes copains. Je ne peux pas tous les nommer car il y en a eu tellement qui m’ont aidé au cours des 40 dernières années.”

Lavoie a vu beaucoup de changements dans la course de dragsters pendant cette période et dit que la plupart des changements sont pour le mieux. “Les choses sont plus sûres, les voitures vont plus vite qu’il y a 40 ans et les pistes suivent ces changements. La NHRA et l’IRHA ont créé des règles pour nous garder en sécurité.” Malgré son mauvais accident sur un circuit de course, Lavoie pense que c’est toujours l’endroit le plus sûr pour conduire et courir.

L’implication de Lavoie dans le sport de la course de dragster va au-delà de la simple possession d’une voiture et de la course et du fait de gagner des courses, des trophées et plus encore. Il dit qu’il fait partie de toutes les associations qu’il peut, et qu’il aime fabriquer des t-shirts, des plaques et des trophées pour les coureurs, ainsi qu’un calendrier qui présente des drag cars de toutes les Maritimes. “Je ne peux tout simplement pas m’arrêter, pas maintenant. Tant que la santé reste là, pourquoi s’arrêter ?” a déclaré M. Lavoie.

Lorsqu’on lui a demandé ce que signifiait pour lui le fait de devenir membre du Temple de la renommée canadien de la course automobile, M. Lavoie a gardé le silence pendant un moment pour réfléchir à sa réponse. “Cela signifie beaucoup pour moi. Je ne peux pas le dire avec des mots. Je sais que j’ai fait beaucoup pour aider à promouvoir le sport dans les Maritimes”, a déclaré Lavoie. “Être le premier du Nouveau-Brunswick est un honneur. Je suis très excité.” M. Lavoie n’hésite pas à rendre hommage à sa famille et à ses amis et affirme qu’ils font également partie du projet. “C’est vraiment là que se trouve mon honneur, car sans eux, les propriétaires de piste et plus encore, cela ne serait pas arrivé.”

Félicitations Don et Rose de la part de votre famille de dragsters des Maritimes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

  +  soixante un  =  soixante cinq

Menu